Archives de catégorie : Week-ends en Suisse

Un tour à Winterthur

Alors qu’il ne reste plus que 20 à 25 week-ends pour explorer la Suisse, on accélère un peu le rythme des expéditions. Direction Winterthur dimanche dernier, ville surtout connue pour son industrie et son secteur des assurances (siège de la filiale suisse d’AXA, numéro un du secteur ici), mais surtout accueillant une quantité assez stupéfiante de musées de haut niveau compte tenu de la population (100.000 habitants).

On commence à amortir le pass municipal des musées (très bonne affaire à 25 CHF quand chaque musée affiche un tarif de 12 à 15 CHF) par le musée Oskar Reinhart, principal mécène des arts de la région. Beaucoup d’artistes locaux, de qualité variable. On enchaîne sur le musée privé de sa demeure (Am Römerholz), et le niveau monte d’un coup : des impressionnistes français par dizaines, et l’heureuse surprise de découvrir l’un des rarissimes Peter Bruegel l’Ancien que l’on traque un peu partout dans le monde (photos interdites malheureusement).

Le Kunstmuseum fait revenir sur terre : hormis un sympathique Van Gogh, collection assez décevante. La Kunsthalle est fermée contre toute attente, on enchaîne donc avec le musée des arts décoratifs, sans intérêt par lui même, mais qui accueille une collection horlogère passionnante.

Il reste un peu de temps juste avant la fermeture pour aller à l’autre bout de la ville explorer le très réputé Fotostiftung, pendant alémanique de l’excellent musée de l’Elysée de Lausanne. L’exposition temporaire est assez déroutante, mais la collection de photos d’anciens combattants de l’ex-URSS est émouvante. Sur le chemin du retour, un coup d’œil au Lindengut, une bâtisse historique dont les poêles en particulier sont de grande beauté.

Au total, une journée surtout passée à l’intérieur (la ville elle-même étant sympathique, sans plus), mais qui démontre une fois encore la richesse des collections artistiques suisses.

Pour les photos, c’est par

LA

Les Brandons à Yverdon

On a passé la matinée de ce dimanche à Yverdon, ville thermale à l’extrémité ouest du lac de Neuchâtel (mais constituant le chef-lieu du Nord-vaudois), afin d’assister à une partie des Brandons, le carnaval local visant à chasser l’hiver (d’où sa date tardive). On y croise notamment des groupes de Guggenmusik, version locale (et costumée) des bandas.

On en a profité pour faire un détour au château de Grandson, lieu d’une des trois grandes victoires des troupes Confédérées contre celles du Duc de Bourgogne.

Photos sur la carte de Suisse, ou directement

ICI

Alors qu’on est passé sous la barre des 25 semaines restant en Suisse (dont 2-3 seront d’ailleurs passées à Paris pour trouver un point de chute), les week-ends à venir, avec le printemps, vont être à nouveau largement consacrés à explorer le pays. On a d’ores et déjà réservé les hôtels pour le week-end (4 jours) de Pâques, entre Lugano, Locarno et Bellinzona. Et le week-end prochain, on se refait normalement un carnaval de fin d’hiver, dans l’ancienne ville romaine d’Avenches.

Un coup de Saint Gall

Finalement, on s’est dit qu’il n’y avait pas de raison d’attendre le printemps prochain pour aller à Saint Gall. Départ matinal donc, pour être vers 11h dans la grande (75.000 habitants) ville de Suisse orientale, et l’une des grandes villes universitaires du pays (en économie notamment).

Le centre ville est assez petit, marqué par des balcons couverts et très ornementés au 1er étage de certaines maisons. Il s’organise autour de l’abbaye, aujourd’hui largement réquisitionné par les services cantonaux. On vient à Saint Gall surtout pour la magnifique bibliothèque baroque de cette abbaye, avec une collection de parchemins et livres impressionnantes en sus de l’architecture opulente du lieu. C’est là l’un des trois seuls sites urbains classés à l’Unesco en Suisse, avec la vieille ville de Berne et les châteaux de Bellinzona (qui devraient être au programme d’un des deux prochains week-ends). Les photos y sont malheureusement interdites ; raison de plus pour aller voir tout cela de ses propres yeux !

Pour le reste, la galerie Saint Gall est

ICI

Soleure d’hiver

On avait initialement prévu d’aller à Saint Gall ce week-end, dernière grande ville de Suisse encore inexplorée, mais finalement, on combinera cette ville plus tard, sur deux jours avec Appenzell, pour éviter les 6h de train pour 3h sur place.

Du coup, on a opté pour un tour rapide à Soleure, à 45 minutes de Berne en train régional, capitale du canton du même nom. L’influence française y est forte, la ville ayant été le lieu de résidence des Ambassadeurs de France de 1530 0 1792. On évoque notamment la ville la plus baroque du pays en termes d’architecture, et par ailleurs un bastion catholique dans un environnement plutôt protestant.

Les photos sont sur la carte de Suisse, ou directement

ICI

Zermatt

On a profité du beau temps de la dernière journée de la saison d’été du Cervin (Matterhorn en allemand) pour aller saluer le sommet le plus connu de Suisse (même s’il n’est que le septième plus haut du pays).

Vue impressionnante à 360 degrés depuis le glacier, même si c’est depuis la ville de Zermatt qu’on peut observer le profil si caractéristique du sommet.

Et après 3h de balade à 3.900 m d’altitude, les 2 h de VTT qui ont suivi ont été avalées en un temps record, oxygénation du sang aidant !

Photos (forcément un peu répétitives) sur l’album Suisse, ou directement

ICI

Un tour chez le glacier

Le dernier dimanche affichant un temps magnifique (pas comme celui annoncé pour demain : l’automne arrive !), on est parti en expédition sur le Glacier 3000, dans la région des Diablerets au-dessus de Gstaad. Le glacier forme le point de rencontre des cantons de Berne, de Vaud et du Valais, avec une vue splendide sur tout l’Oberland bernois, et portant jusqu’au massif du Mont Blanc d’un côté et, avec un peu d’imagination, la Jungfrau de l’autre.

Le trajet est assez long (2h30 de train plus 30 minutes de bus plus 15 minutes de téléphérique) mais en vaut la peine. Au retour, en attendant le train, un tour rapide sur la Promenade de Gstaad nous fait croiser environ 25% de Russes, 25% d’Emiratis et 25% d’Indiens, le reste étant très éclectique.

Les photos sont dans l’album Suisse (réarrangé), ou directement

ICI

Il bouge encore…

Pas beaucoup d’articles ces derniers temps, on profitait de l’été enfin arrivé pour passer du temps dehors. D’ailleurs, l’avant-dernier week-end était consacré à un tour au Rütli, la clairière dans laquelle, selon la tradition, les trois premiers cantons ont fait serment de s’unir contre les seigneurs autrichiens, formant ainsi la base de la Suisse.

On a poursuivi sur les deux premières étapes de la Voie de la Suisse, chemin de randonné monté en 1991 à l’occasion des 700 ans de la Confédération, dont les 35 km sont “alloués” à chaque canton proportionnellement à sa population, et avec des bornes marquant l’ordre d’entrée dans la Confédération.

Photos par

ICI

Caramba, encore raté

Finalement, on n’a pas pu aller aux Landsgemeinde d’Appenzell ou Glaris pour cause de mauvais temps local. Mais du coup, on a pu profiter du nouveau destrier pour commencer à explorer les nombreux circuits vélos bien entretenus et balisés autour de Berne.

Anthem

Pakabal

Finalement, on s’est dit qu’on avait déjà “fait” Fribourg, donc pour ce dimanche de Pâques, c’était un tour au siège du diocèse local, à Bâle. Siège tout relatif pour un francophone, puisque que la langue de Mireille Mathieu y est nettement minoritaire, dans une religion elle même minoritaire. Mais bon, l’unique paroisse francophone catholique de la ville avait des chœurs africains pour accompagner la messe, c’était donc très sympa.

L’après midi a été consacrée à une visite de l’église (réformée) de Münster, puis du très chouette musée des Beaux Arts (avec la plus grande collection de Holbein au monde). On n’a pas eu le temps de voir la fameuse fondation Beyeler (en dehors de la ville) mais la programmation du moment ne causait pas de regret.

Dans l’ensemble, une ville assez germanique, avec un vieux centre sympa mais assez petit et tout de même beaucoup d’industrie (notamment chimique et pharmaceutique) tout autour, à l’intérieur même de la ville (en particulier sur la rive droite du Rhin). Un peu comme Genève au final : sans doute sympa pour y vivre pour le côté international (et les courses pas cher en France ou Allemagne), mais pas un charme typiquement suisse comme Lucerne, Berne ou Fribourg (pour Zurich, ça reste encore à déterminer).

Les photos sont LA, et via la carte Photos suisse. Normalement, le WE prochain, on va ICI, et/ou celui d’après LA.

Un week-end à l’eau…

… au sens propre ! Le temps est resplendissant depuis trois semaines, et là, pile du vendredi Saint en fin de matinée jusqu’au lundi de Pâques en milieu d’après-midi, c’est temps pourri sur toute la Suisse et le Liechtenstein, dixit l’ensemble des sites météo.

Du coup, on va rester pour l’essentiel à Berne, avec le dimanche de Pâques au siège du diocèse (Fribourg) et sans doute une des trois autres journées dédié aux excellents musées balois.

Un peu frustrant, tout de même…